Vue du bourg d'Elliant avec la mer dans la brume  l'horizon
^^

H Jean Maurice BOUTIER

 

Parents

Mariages

Fratrie

Notes


Notes sur la naissance :

Sources : Web, CGF/RECIF

Notes générales :

Le 18 Septembre 1786, Jean HUET était toujours maître papetier du moulin de la Motte.
Ce jour-là il fut molesté par quelques compagnons. Il porta plainte devant l'intendant de Bretagne ; il décrivait longuement les difficultés des patrons, provoquées en partie par les mesquineries de la /- - 48 - - / concurrence entre les fabricants. "Les patrons cherchaient à se débaucher mutuellement leurs ouvriers, et ceux-ci profitaient de la situation pour se montrer plus exigeants". Après ce résumé de la situation, Bourde rend la plume à Jean Huet (ou plutôt, probablement, à son homme de loi), parlant à la 3ème personne.
"A tous ces dérèglements se trouve joint un préjugé propre à les perpétuer... Les compagnons, en général, se sont mis en tête, et quelques maîtres, (dont la compétence a été sanctionnée par un examen professionnel) croient tout bonnement qu'on ne doit admettre à l'apprentissage que des enfants de l'état" (c'est-à-dire des enfants de compagnons ou maîtres papetiers en exercice). Jean Huet n'était pas homme à se laisser faire sans se battre. Il poursuit sa supplique à l'Intendant. "Ennuyé d'avoir des compagnons qui dérangeaient sa fabrique et lui faisaient la loi, au lieu qu'il voulait et devait les commander, il a cherché en Cornouaille et le nommé Yves du Faou, de la fabrique du KERGOAT près Pondaven, - (Pont-aven, plus précisément à Melgven

- Yves Le Faou produisait 800 rames de papier pour impression et écriture, à destination de Nantes, Portugal et Hollande) - lui a cédé un jeune homme qu'il lui a donné pour être docile et avoir de la conduite et dans lequel le suppliant a jusqu'ici trouvé ces qualités. Il se nomme Jean Boutier et est de Rosporden, fils d'un chapelier et d'une mère sortie de la papeterie. Mais ce n'est pas assez d'en être (de la corporation) par les mères : la descendance de mâle en mâle est requise par les ouvriers de la Basse Bretagne. En conséquence, quoique Jean Boutier ait travaillé trois ans et fait son apprentissage chez Yves du Faou, les compagnons des fabriques voisines du suppliant lui ont notifié qu'il ne devait pas garder et employer ce jeune homme qui n'est pas, selon eux, de l'état.

Le suppliant leur a répondu qu'il a cependant fait son apprentissage et il leur a dit où. On a toujours insisté à le lui faire renvoyer, et, lui l'a retenu" (p. 43-44).

[ Note mfl : Le moulin à papier de Kergoat était bien en Melgven, près de la Trinité, en limite avec Kernével. Il était situé sur l'Aven.]

Texte ci-dessus trouvé sur le site :
http: // pierretiburce.perso.sfr.fr/pors_ruz/Abbe%20Feutren%20vol%201.pdf
mais le lien ne marche plus depuis 2016...

Voir aussi : http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/15fd46de-156e-4344-8c74-8433dc6fbc00


Notes sur le mariage :

Bans à Rosporden le 18/09/1791
Lui est domicilié à Quimper
Elle est de Priziac (56), fille de Louis HERVÉ et de Marie LADURE.
Et elle est veuve de Louis DURAND

Sources : Web, CGF/RECIF

Aperçu de l'arbre

Guillaume BOUTIER ca 1690-/1747   Françoise DESTART ca 1690-   François FOULON ca 1690-/1748   Anne LAURENTS ca 1690-1766
| | | |






| |
Guillaume BOUTIER 1724-1790   Marie Hélène FOULON 1730-1814
| |



|
Jean Maurice BOUTIER 1769-1790/

Toute personne qui le souhaite, peut exercer son droit de modification, de rectification et de suppression des donnés qui le concernent.
(Art. 34 de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978). Pour cela veuillez contacter le gestionnaire du site.
Milamzer GÉNÉALOGIE Personnages Almanach Histoire locale Archives Patrimoine oral FAQ Contact Mentions légales